detente-absolue

La méditation et votre cerveau

La méditation est bénéfique pour votre cerveau. La science le prouve ! En effet, les scanners cérébraux réalisés par la chercheuse américaine Sara Lazar montrent que la méditation peut modifier la taille de zones importantes du cerveau, améliorer notre mémoire et nous rendre plus empathiques, plus compatissants et plus aptes à gérer le stress.

Les études

Aujourd’hui, de nombreuses études montrent que le yoga et la méditation apportent de réels résultats. En général, toutes les études s’accordent à dire que les personnes qui pratiquent le yoga ou la méditation sont plus heureuses, plus satisfaites et jouissent d’un sentiment général de bien-être, d’une meilleure qualité de vie. Dans la culture orientale, cette connaissance est pratiquement intégrée et presque considérée comme allant de soi : si vous prenez soin de votre esprit, votre corps vous en sera reconnaissant. Mais en Occident, plus marqué par la méthode scientifique et le besoin d’avoir des preuves « certaines » venant de la science, la question qui se poserait le plus probablement serait :

« Mais comment se fait-il que quelque chose d’aussi (apparemment) bête que de tenir une pose de yoga pendant 30 secondes ou de m’asseoir et d’écouter ma respiration puisse conduire à tous ces changements ? Nous savons que lorsque nous répétons le même comportement plusieurs fois, la structure du cerveau change : c’est ce que la science appelle la neuroplasticité. En bref, nous avons un cerveau plastique et les neurones peuvent changer la façon dont ils communiquent entre eux grâce à l’expérience. Ces changements peuvent être détectés à l’aide de certains appareils tels que l’IRM et certaines études les ont utilisés. Parmi elles, une en particulier concernait la jonglerie. Le chercheur Draganski et ses collègues ont recruté un groupe de personnes qui n’avaient jamais jonglé auparavant, ont scanné leur cerveau et leur ont appris à jongler, en leur donnant pour mission de continuer à s’entraîner pendant 3 mois. Au bout de trois mois, les IRM ont été répétées et les chercheurs ont constaté une modification de la matière grise des participants dans les zones du cerveau associées à la détection des mouvements visuels. Grâce à un entraînement quotidien pendant 3 mois, le cerveau des participants a effectivement changé.

Et si c’était la même chose avec la méditation ?

La méditation est également pratiquée quotidiennement, voulez-vous voir que quelque chose change ici aussi ? Sara Lazar, chercheuse en neurosciences, s’est posé la même question (peut-être en termes un peu plus scientifiques, mais l’essentiel est là. Elle a décidé de mener une étude sur ce sujet. Elle a recruté un groupe de personnes qui pratiquaient la méditation en moyenne 30 à 40 minutes par jour et a scanné leur cerveau en le comparant à celui d’un groupe témoin présentant les mêmes caractéristiques et ne pratiquant aucun type de méditation. Les résultats de cette étude ont montré que les personnes qui méditaient quotidiennement avaient une plus grande quantité de matière grise dans leur cerveau. En particulier, la zone qui avait subi le plus de changements était la partie avant du cerveau, qui est liée à la mémoire de travail et aux processus de prise de décision. L’élément intéressant est apparu lorsque les neuroscientifiques ont pris en compte l’âge des participants. Avec l’âge, vous savez que le cortex cérébral rétrécit et c’est pourquoi, en vieillissant, il est plus difficile d’apprendre de nouvelles choses, de se souvenir de choses anciennes : ce qui est intéressant dans les résultats de cette étude, c’est que dans cette zone particulière du cerveau, le cortex des participants de 50 ans qui ont médité était égal à celui des participants de 25 ans, ce qui suggère que la pratique de la méditation peut ralentir ou prévenir le déclin naturel du cerveau lié au vieillissement. Cette étude a fait l’objet de nombreuses critiques, presque toutes centrées sur le fait que c’est mal de le dire mais, vous savez, les gens qui méditent sont un peu bizarres. Les chercheurs ont donc décidé de répéter l’étude en se concentrant cette fois sur un groupe de personnes qui n’avaient jamais médité auparavant. Ils ont effectué des scanners cérébraux et placé les participants dans un programme de réduction du stress de 8 semaines au cours duquel ils devaient méditer 30 à 40 minutes par jour. Au bout de 8 semaines, les scanners cérébraux ont été répétés et les résultats ont montré une augmentation de la matière grise dans ces zones.

Le résultat

Ici, au contraire, on a constaté une diminution de la matière grise. En fait, plus les participants ont signalé une réduction du stress, plus leur amygdale était petite.

Ce résultat est très intéressant lorsqu’il est mis en corrélation avec une autre étude menée sur des souris de laboratoire. Les chercheurs ont mesuré l’amygdale d’un groupe de rongeurs, après quoi ils les ont soumis à un programme de stress de 10 jours et, en mesurant à nouveau l’amygdale, ils ont constaté qu’elle était devenue plus grande. Et jusqu’à présent, nous l’avons : l’amygdale est liée à la peur et au stress, les souris étaient stressées, donc l’amygdale est devenue plus grande. À l’inverse, l’amygdale de ceux qui ont commencé à méditer était réduite, ce qui est associé à une diminution du stress.

Mis bout à bout, ces résultats montrent que les changements dans l’amygdale ne répondent pas à des changements dans l’environnement mais plutôt à des changements dans la façon dont les gens réagissent et répondent aux changements dans l’environnement. Et la méditation touche précisément à cet aspect. La méditation peut donc littéralement modifier notre cerveau, il ne s’agit pas d’une mode new-age ou d’un effet placebo. Ceux qui la pratiquent depuis un certain temps savent qu’elle a un effet très positif sur la vie quotidienne, mais tous ceux qui sont indécis, qui en ont peut-être entendu parler mais n’y croient pas tellement ou simplement pour notre culture occidentale, ces résultats sont vraiment importants. Si même la science nous le dit, cela vaut la peine de lui donner une chance.

Quitter la version mobile